Commune de Courtételle

Histoire

Les origines

On ne connaît pas grand-chose des origines de Courtételle, car elles se perdent dans la nuit des temps. Ce qui est sûr, c'est que le village eut rendez-vous très tôt avec l'histoire. Le 21 février 666, Caticus, duc d'Alsace, y rencontra Saint Germain et Saint Randoald dans la basilique Saint-Maurice (nom pompeux donné à la petite église dressée au pied de la colline de Chaux, dont les fondations ont été exhumées lors de fouilles dans les années 70). Un jour de l'année 666, les deux religieux furent assassinés par des hommes de Caticus, alors qu'ils regagnaient à pied le monastère de Moutier-Grandval. La tradition situe ce drame à la Communance. C'est le plus ancien souvenir historique de la vallée de Delémont.

La petite Vendée

Autre événement historique, peu connu, 1000 ans plus tard, auquel fut associé Courtételle, ainsi que toute la Vallée: La Petite Vendée jurassienne; comme l'appellera l'historien Paul-Otto Bessire. En 1793, les districts de Delémont et de Porrentruy, réunis à la France, constituent le Département du Mont-Terrible. La Convention décide la formation, dans ce département, d'un bataillon de mille gardes nationaux "volontaires". La vallée de Delémont doit fournir 445 hommes à cette troupe, mais les jeunes gens susceptibles de s'engager refusent de prendre les armes.

Trois grands noms

Le village de Courtételle est fier d'avoir vu grandir trois Jurassiens célèbres. Grégoire Joliat est devenu le quatrième Abbé de Bellelay en 1743. Sous son règne, la célèbre abbaye fut très prospère. C'est lui qui fit construire les murs de clôture du couvent, le moulin, la tannerie, ainsi que les deux grandes fermes.

Léon Froidevaux, musicien, journaliste et patriote, eut de nombreux démêlés avec la justice militaire qui voulait le réduire au silence. Il dénonça les scandales de l'époque dans son propre journal et dans différents écrits; il fut condamné à quatorze jours de prison et à deux mois de suspension de son journal. Suite à un nouvel article violent, il écope de treize mois d'emprisonnement et cinq ans de privation des droits civiques. Brisé, Léon Froidevaux mourra quinze ans plus tard, le 15 septembre 1931, à Courtételle.

Une plaque rappelle son souvenir sur la façade de sa maison natale, rue du Vieux-Moulin 22.

Amédée Comte est décédé en 1915, ayant fonctionné en tant que préfet et maire. Figure caractéristique du village, il fut le principal instigateur du développement industriel de la localité.